24 octobre 2011 1 24 /10 /octobre /2011 14:51

Bonjour à tous,
Je ne suis pas avec vous ce soir mais très certainement en ce moment même en train de mettre au lit
le petit Adam qui aura 2 ans dans moins d’un mois ! et oui déjà !! Du coup, comme me l’a proposé
Marylène, je vous ai rédigé ce petit bilan.
Je vous invite à faire part à votre oratrice de toutes les questions qui n’auraient pas trouvé de
réponses à l’issue de la lecture de ce document. Marylène pourra ainsi me les transmettre et je vous
y répondrai sans faute.
Je tiens à remercier toutes les personnes qui participent à la vie de la ferme à travers l’achat et la
consommation de nos produits. Je vais essayer de vous expliquer précisément ce à quoi vous
contribuez.
Mais tout d’abord une info qui me tient à coeur : cet été, j’ai franchi le cap des 5 ans. J’ai en effet
commencé à faire du pain durant l’été 2006. L’achat des premières terres a été effectif devant
notaire le 21 mars 2007. Je vais donc fêter cet anniversaire probablement le WE du 24 et 25 mars
2012 et j’aimerais vous y convier. Je vous en reparlerai …
Aujourd’hui, pour vous décrire rapidement la ferme je vous dirais : ce sont 40 ha certifiés AB
découpés en 6 parcelles culturales, c’est un stockage des récoltes en cellules ventilées, une meunerie
avec un moulin à meules de pierre, un fournil où nous panifions exclusivement au levain naturel et
cuisons au bois et la totalité des ventes de l’année 2010 ont été réalisées en circuit court et dans le
département de la Gironde. La main d’oeuvre de la ferme ce sont deux personnes qui travaillent à
temps plein (très plein par moments !) à l’année : il y a moi bien sûr avec un statut d’’exploitante
agricole à titre principale mais aussi Vincent le boulanger qui est salarié depuis la fin de ma grossesse
et est depuis près d’un an maintenant en CDI. Il y a aussi ponctuellement d’autres personnes qui
viennent travailler notamment l’été quand nous avons plus de travail sur les marchés avec l’afflux
touristique et avec la moisson. Cet été c’est un de mes amis bretons Pierre-Yves qui est venu nous
donner un coup de main de juin à septembre. Mais peut-être avez-vous aussi croisé sur les marchés
Emilie, Candice ou Coralie ma petite soeur qui interviennent ponctuellement à la vente. Ce sont aussi
beaucoup de coups de main : Vincent mon compagnon qui m’aide pour tout ce qui concerne les
champs, mes parents qui me rendent des petits services au quotidien, ma grand-mère de 85 ans qui
garde Adam quand la nounou ne peut pas etc etc… et les coups de main des amapiens.
Nous faisons du pain 3 fois la semaine toute l’année : le mardi, mercredi et vendredi, et 5 nuits par
semaine cet été (la nuit, c’est pour éviter d’avoir trop chaud).
Le pain est vendu à la ferme, sur les marchés locaux, à 20km maximum de la ferme, via les AMAP, à
des écoles et durant la saison 2011 à des magasins présents dans les centres naturistes d’Euronat et
du CHM. Nous avons aussi des commandes pour des évènements ponctuels, par exemple le 400 ème
anniversaire du phare de Cordouan en juin dernier, …
Le moulin tourne de façon à ce que nous utilisions et proposions de la farine fraîchement moulue
pour les besoins du fournil, pour les clients particuliers dont vous faîtes partie et désormais pour des
professionnels : boulangers, restaurateurs, …

Je tiens à vous informer qu’à ce jour 5 cantines du Médoc sont approvisionnées en pains élaborés
avec des farines de ma ferme. Nous fournissons nous-mêmes les écoles de St Vivien , et deux écoles
de Vendays-Montalivet en pains tous les jeudis midis. Pour les écoles de Cussac Fort Médoc et
d’Avensan, c’est la boulangerie St Martin de Lamarque qui, tous les midis, fournit du pain panifié
avec ma farine. Je suis très contente de ce résultat et du partenariat établi avec ce boulanger
traditionnel. C’est un professionnel reconnu et il apporte ainsi un gage de crédibilité supplémentaire
à mon travail en particulier et à la filière du blé bio en général.
Je vends aussi des graines d’avoine, de seigle, de fèverole à des viticulteurs bios pour des semis interrangs.
J’ai fait du foin de luzerne pour l’élevage laitier bio des Tite qui manquait de fourrage à cause
de la sécheresse. J’ai essayé de répondre aux besoins des éleveurs de mon secteur qui avaient besoin
de compléter leurs stocks de fourrages et ai cédé ainsi des coupes de luzerne et la paille de blé.
Au niveau des champs, comme pour tous les agriculteurs, l’année culturale 2011 aura été
particulièrement éprouvante. Le manque de pluie et les températures élevées sur une grande partie
du cycle de développement du blé ont été source d’inquiétudes. Nous avons récolté avec 15 jours
d’avance début juillet. J’ai été agréablement surprise, les grains étaient bien dodus et même si le
rendement n’a pas atteint le record de l’année précédente, il a quand même été très bon avec 50
quintaux de moyenne. Par contre, et il semble que ce soit général en France, les caractéristiques
technologiques des blés bios dédiés à la panification sont très différentes des années précédentes.
Depuis trois semaines, nous faisons des tests au fournil, j’ai fait faire également des analyses
qualitatives complémentaires en laboratoire, et ouf !!! tous les indicateurs sont finalement au vert
nous arriverons cette année encore à vous faire du très beau pain.
Sur l’année 2010, les ventes sur les 12 AMAP et groupes apparentés représentent 50 % du chiffre
d’affaires de la ferme. Le groupe de Malartic a généré 5% du CA de la ferme cette année là. Pour moi
c’est le 5ème groupe par ordre d’importance en terme de chiffre d’affaires. Je note une croissance des
commandes depuis que nous travaillons ensemble. Un grand merci à Marylène pour le travail qu’elle
fait depuis le début avec beaucoup de constance et d’efficacité. Je n’envisage pas d’augmenter les
prix des produits cette année. Les contrats sont donc renouvelés à l’identique à moins que vous ne
souhaitiez modifier les formules proposées.
Nous avons maintenant de jolis sachets de farines pour les sachets de 1 kg, ils sont toujours cousus
mais seront bientôt fermés avec un autocollant. J’ai compris que peu de personnes savaient ouvrir
leur sachet quand il est cousu sans le déchirer et j’en ai tenu compte. La gamme de farines s’est
également étoffée avec l’engrain et le sarrasin. Je vais enchainer avec un relooking des sachets de 5
kg . Cela devrait me permettre de proposer mes farines également en magasins. Affaire à suivre.
Cette année les journées portes ouvertes du printemps ont été des journées de dur labeur puisqu’il
s’agissait d’arracher les moutardes qui avaient poussé dans le champ de blé. Les 5 séances proposées
aux AMAPs ont permis de couvrir à peu près le ¼ de la parcelle, il y a eu une trentaine de personnes
en tout. Pour moi, le bilan est mitigé, je remercie de tout coeur les personnes qui ont participé tout
en regrettant que nous n’ayons pas été plus nombreux. C’est en effet un moment de rencontre, de
visite de la ferme et d’échanges entre groupes. J’envisage de continuer à proposer des activités sur la
ferme mais uniquement sur inscription préalable de façon à annuler une date si nous ne sommes
qu’une poignée à nous retrouver. Je serais intéressée pour que vous fassiez remonter à Marylène les
thématiques que vous souhaiteriez aborder dans le cadre de ces portes ouvertes : y a-t-il des

personnes qui voudraient découvrir la façon dont on fait le pain ? y a-t-il des personnes qui
aimeraient qu’on renouvelle la journée « apprendre à faire son pain soi-même », une journée
spéciale dédiée aux enfants ….
Il me reste à vous parler des projets en cours et je vais me limiter au principal : la construction de
nouveaux locaux à proximité de mes terres sous la forme d’un bâtiment pour le matériel de culture,
le stockage, la meunerie et le fournil et d’une maison d’habitation pour avoir enfin tout sur le même
site. Pour ceux qui ne sont jamais venus, pour l’instant j’utilise des locaux que j’ai aménagés sur la
ferme de mes parents et je loue une maison dans le bourg du village. Nous attendons une réponse de
la DDTM qui suite à Xynthia bloque tous les permis de construire sur notre secteur et les étudie au
cas par cas. Et ça fait 5 mois que nous attendons une réponse pour pouvoir poser le permis de
construire. Donc nous sommes encore dans l’incertitude … quelle que soit la réponse, il me faut
trouver une solution car nous sommes beaucoup trop à l’étroit dans nos locaux actuels et que la
conception des nouveaux locaux devrait me permettre d’accueillir beaucoup plus facilement du
public : scolaires, amaps, … et de faire construire enfin le four de mes rêves …
Bonne réunion et je l’espère à bientôt !
Elodie

Partager cet article
Repost0

commentaires